AMBASSADE DE TURQUIE SERVICE DE LA CULTURE ET DE L’INFORMATION

PAYSAGE CULTUREL DE LA FORTERESSE DE DIYARBAKIR ET DES JARDINS DE L’HEVSEL ET LE SITE D'EPHÈSE SUR LA LISTE DU PATRIMOINE MONDIAL DE L'UNESCO

PAYSAGE CULTUREL DE LA FORTERESSE DE DIYARBAKIR ET DES JARDINS DE L’HEVSEL ET LE SITE D'EPHÈSESUR LA LISTE DU PATRIMOINE MONDIAL DE L'UNESCO

Le Comité du Patrimoine Mondial de l'UNESCO s’est réuni à Bonn, en Allemagne pour la 39ème fois. Lors de cette réunion deux nouveaux sites turcs, le site archéologique d'Éphèse et le  paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır ainsi que des Jardins de l’Hevsel ont été inscrits sur liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO.  La Turquie compte désormais 15 sites figurant sur la Liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

EPHÈSE

Située sur la côte ouest de la Turquie, Ephèse est non seulement l'un des sites archéologiques les plus importants du monde mais également le plus populaire site archéologique de Turquie. La région est connue pour avoir été habitée depuis le néolithique, environ 6500 ans avant notre ère. Pendant des siècles, elle fut la deuxième grande ville de l'Empire romain. Les fouilles ont révélé de grands monuments de la période de l’Empire romain, comme la bibliothèque de Celsus et le grand théâtre. Il existe encore des vestiges du célèbre temple d’Artémis, l’une des « sept merveilles du monde » qui attirait des pèlerins de tout le bassin méditerranéen. A partir du Ve siècle après J.-C., la Maison de la Vierge Marie, une chapelle cruciforme surmontée de coupoles située à sept km d'Ephèse, est devenue un important lieu de pèlerinage chrétien. La cité antique d’Ephèse est un exemple exceptionnel de cité portuaire avec un canal maritime et un bassin portuaire.

PAYSAGE CULTUREL DE LA FORTERESSE DE DIYARBAKIR ET DES JARDINS DE L’HEVSEL

Située dans le bassin du cours supérieur du Tigre, la ville fortifiée de Diyarbakır et son paysage associé ont connu de nombreuses cultures au fil des siècles. Le site fut un important centre depuis les périodes hellénistique, romaine, sassanide, byzantine puis ottomane  et jusqu'à aujourd'hui. Construite en 349, la forteresse comprend le tell d’Amida, appelé İçkale (château intérieur), les  remparts d’une longueur de 5 800 m – avec 72 tours, de nombreux portes et contreforts ainsi que 63 inscriptions datant de différentes périodes historiques et enfin les jardins fertiles du Hevsel - qui relient la ville au fleuve Tigre et approvisionnaient la ville en vivres et en eau.