AMBASSADE DE TURQUIE SERVICE DE LA CULTURE ET DE L’INFORMATION

UNESCO

PATRIMOINE MONDIAL DE L'UNESCO

La Turquie ne compte pas moins de 13 biens naturels ou culturels inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO, un héritage réparti à travers l’ensemble du territoire turc qui témoigne de la richesse du pays et qui attire chaque année plus de touristes du monde entier. La Turquie compte aussi 12 biens dits immatériels enregistrés sur les listes du Patrimoine culturel immatériel de L’UNESCO. Depuis novembre 2014, l’art de l’Ebru (Peinture sur eau) y est également inscrit.*

La Turquie a été élue cette année au Comité intergouvernemental du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, rôle pour lequel elle était en compétition avec l’Italie et la France. Grâce aux voix récoltées à l'issue du vote, la Turquie opérera au Comité entre 2014 et 2018.

Le Comité intergouvernemental pour la protection du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO vise à le préserver le patrimoine culturel immatériel comme les expressions orales, les traditions, représentations, informations, capacités et instruments liés à ces faits qui sont transmis de génération en génération et considérés comme des patrimoines vivants.  

Le Comité est également l’instance qui a permis d'inscrire 12 biens de Turquie sur la liste du patrimoine culturel immatériel. La Turquie avait déjà travaillé au Comité entre 2006 et 2010. 

*Nov. 2014 – LEBRU est inscrit sur les listes du Patrimoine culturel immatériel de LUNESCO

EBRU, L’ART TURC DU PAPIER MARBRÉ

L’Ebru est l’art traditionnel turc qui consiste à créer des motifs colorés en appliquant des pigments de couleur au goutte-à-goutte ou au pinceau sur de l’eau à laquelle on a ajouté des substances grasses dans un récipient, puis à transférer ce motif sur du papier. Les dessins et les effets employés dans l’art du papier marbré sont, entre autres, des fleurs, des feuillages, des motifs ornementaux, des entrelacs, des mosquées et des lunes ; ils sont utilisés pour la décoration dans l’art traditionnel de la reliure.

Les praticiens utilisent des méthodes naturelles pour extraire les teintures des pigments naturels, qui sont ensuite mélangées à quelques gouttes de bile de bœuf, un type d’acide naturel, avant d’être déposées au goutte-à-goutte ou au pinceau sur une préparation de liquide épaissi, où elles flottent en formant des motifs bigarrés.

Les artistes, les apprentis et les praticiens de l’ebru considèrent leur art comme faisant partie intégrante de leur culture traditionnelle, de leur identité et de leur mode de vie. Leurs connaissances et leurs savoir-faire, tout comme la philosophie de cet art, sont transmis oralement et par la pratique dans le cadre de relations maîtres-apprentis.

Il faut au moins deux ans pour acquérir le savoir-faire élémentaire de l’ebru. Cette tradition se pratique sans distinction d’âge, de sexe ou d’origine ethnique, et joue un rôle important dans l’autonomisation des femmes et l’amélioration des relations dans la communauté. L’art collectif de l’ebru encourage le dialogue à travers des échanges amicaux, renforce les liens sociaux et consolide les relations entre les individus et les communautés.

LES SITES ENREGISTRÉS DANS LA LISTE DE L’HÉRITAGE MONDIAL DE L’UNESCO

GRANDE MOSQUÉE ET HÔPITAL DE DIVRIĞI

Ce chef d’oeuvre de l’architecture islamique datant du 13ème siècle est un complexe construit en dessous du château de Divriği, dans la province de Sivas au centre-Est de la Turqui, la grande mosquée et l’hôpital de Divriği constituent un bâtiment remarquable qui rassemble une imposante mosquée hypostyle et un hôpital de deux étages qui comprend un tombeau. L’architecture est l’oeuvre de Hurrem Shah en 1228-1229.

PARC NATIONAL DE GÖREME ET SITES RUPESTRES DE CAPPADOCE

Dans un paysage saisissant modelé par l'érosion et l’activité volcanique, la vallée de Göreme et ses environs abritent des sanctuaires rupestres, témoignages irremplaçables sur l'art religieux de la période post-iconoclaste, ainsi que des habitations, des villages troglodytiques et des villes souterraines, vestiges d'un habitat humain traditionnel dont les débuts remontent au IVe siècle.

ZONES HISTORIQUES D'ISTANBUL

Point stratégique sur la péninsule du Bosphore entre les Balkans et l'Anatolie, la mer Noire et la Méditerranée, la ville d'Istanbul a été associée à de grands événements politiques, religieux et artistiques pendant plus de 2000 ans. Ses chefs-d'oeuvre comprennent l'ancien hippodrome de Constantin, la basilique Sainte-Sophie qui date du VIe siècle et la mosquée Süleymaniye, du XVIe siècle.

HATTOUSA: LA CAPITALE HITTITE

Ancienne capitale de l'Empire hittite, Hattousa est un site archéologique remarquable par son organisation urbaine, les types de constructions préservées (temples, résidences royales, fortifications), la richesse ornementale de la porte des Lions et de la porte Royale, ainsi que par l'ensemble rupestre de Yazılıkaya.

NEMRUT DAĞ

Le tombeau d'Antiochos Ier (69 à 34 av. J.-C.), qui régna sur le Commagène, royaume constitué au nord de la Syrie et de l'Euphrate après le démembrement de l'empire d'Alexandre, représente une des plus colossales entreprises de l'époque hellénistique. Le syncrétisme de son panthéon et la filiation légendaire grecque et perse de ses rois témoignent de la double origine de la culture et de l'esthétique de ce royaume.

HIERAPOLIS-PAMUKKALE

Prenant naissance au sommet d'une falaise haute de près de 200 m dominant la plaine, des sources chargées de calcite ont créé à Pamukkale (le château de coton) un paysage irréel fait de forêts minérales, de cascades pétrifiées et d'une succession de vasques en gradins. C'est là que la dynastie des Attalides, rois de Pergame, créa la station thermale de Hierapolis, vers la fin du IIe siècle av. J.-C. Le site abrite les ruines d'établissements thermaux, de temples et d'autres monuments antiques.

XANTHOS-LETOON

Capitale de la Lycie, ce site illustre le mélange des traditions lyciennes et de l'influence hellénique, surtout par son art funéraire. Les inscriptions sur les monuments sont d'une grande importance pour la connaissance de l'histoire des Lyciens et de leur langue indo-européenne.

VILLE DE SAFRANBOLU

Du XIIIe siècle à l'apparition du chemin de fer au début du XXe siècle, Safranbolu a été un poste caravanier important sur la principale route commerciale entre l'Orient et l'Occident. Sa Vieille Mosquée, ses bains, et la medersa de Süleyman Pacha ont été construits en 1322. À son apogée au XVIIe siècle, son architecture a influencé le développement urbain d'une grande partie de l'Empire ottoman.

SITE ARCHÉOLOGIQUE DE TROIE

Troie, chargée d'une histoire de 4 000 ans, figure parmi les sites archéologiques les plus connus du monde. En termes scientifiques, ses nombreux vestiges offrent la preuve la plus significative du premier contact entre les civilisations de l'Anatolie et du monde méditerranéen. En outre, le siège de Troie par les guerriers grecs immortalisé par Homère dans l'Iliade, a inspiré depuis lors les grands artistes du monde entier.

MOSQUÉE SELIMIYE ET SON ENSEMBLE SOCIAL

La Mosquée carrée, avec sa grande coupole et ses quatre minarets élancés, domine la silhouette de l'ancienne capitale ottomane d'Edirne. Sinan, le plus célèbre des architectes ottomans du XVIe siècle, considérait comme son chef d'oeuvre cette réalisation qui inclut aussi des médersas, un marché couvert, une maison de l'horloge, une cour extérieure et une bibliothèque. La décoration intérieure en céramiques d'Iznik, à leur période de production majeure, témoigne d'une forme d'art qui ne sera jamais égalée pour ce qui concerne ce matériau.

SITE NÉOLITHIQUE DE ÇATAL HÖYÜK

Les deux grands tertres de Çatal Höyük forment ce bien de 37 hectares situé dans le sud du plateau anatolien. Le tertre oriental, qui est le plus haut, présente 18 niveaux d’occupation néolithique datant de 7400 à 6200 av. J.-C. Les deux tertres témoignent de l’évolution de l’organisation sociale et des pratiques culturelles au moment où les êtres humains s’adaptaient à la vie sédentaire. Çatal Höyük fournit un important témoignage de la transition qui s’est opérée entre les villages et les agglomérations urbaines qui se sont succédé sur un même lieu pendant plus de 2000 ans. Il s’agit d’un site présentant une organisation unique composée de maisons serrées les unes contre les autres, sans rue, et avec accès par les toits.

BURSA ET CUMALIKIZIK : LA NAISSANCE DE L’EMPIRE OTTOMAN

Ce site est une inscription en série de huit sites se trouvant dans la ville de Bursa (ou Brousse), dans le sud de la région de Marmara. Le site illustre la création d’un système urbain rural fondateur de l’Empire ottoman au début du XIVe siècle. Le bien illustre les fonctions principales de l’organisation sociale et économique de la nouvelle capitale qui se développa autour d’un nouveau centre civique. Ces éléments comprennent des quartiers commerciaux, des complexes qui englobent des mosquées, des écoles religieuses, des bains publics et une cuisine pour les pauvres ainsi que le tombeau d’Orhan Gazi, le fondateur de la dynastie ottomane. Un élément situé en dehors du centre historique de Bursa, le village de Cumalıkızık, le seul village rural de ce système, est destiné à montrer le soutien apporté par l’arrière-pays à la capitale.

PERGAME ET SON PAYSAGE CULTUREL À MULTIPLES STRATES

Ce site domine la plaine de Bakirçay dans la région égéenne de la Turquie. L’acropole de Pergame était la capitale de la dynastie hellénistique des Attalides, un des principaux centres du savoir dans le monde antique. Des temples monumentaux, des théâtres, un portique (stoa), un gymnase, un autel et une bibliothèque furent construits à flanc de colline et protégés par un grand mur d’enceinte. Le sanctuaire de Cybèle taillé dans la roche d’une autre colline au nord-ouest répond à l’acropole sur le plan visuel. Plus tard, la ville devint la capitale de la province romaine d’Asie connue pour son asclêpieion, grand centre de cure. L’acropole domine un paysage de tumuli et de vestiges des empires romain, byzantin et ottoman répartis au bas des collines, dans la ville moderne de Bergama et alentour.

BIENS SOUMIS À LA LISTE INDICATIVE  (52)

1.Ephesus (1994)

2.Karain Cave (1994)

3.Sümela Monastery (The Monastery of Virgin Mary) (2000)

4.Alahan Monastery (2000)

5.St. Nicholas Church (2000)

6.Harran and Sanliurfa (2000)

7.The Tombstones of Ahlat the Urartian and Ottoman citadel (2000)

8.The Citadel and the Walls of Diyarbakir (2000)

9.Seljuk Caravanserais on the route from Denizli to Dogubeyazit (2000)

10.Konya-A capital of Seljuk Civilization (2000)

11.Alanya (2000)

12.Mardin Cultural Landscape (2000)

13.St.Paul Church, St.Paul's Well and surrounding historic quarters (2000)

14.Ishak Pasha Palace (2000)

15.Kekova (2000)

16.Güllük Dagi-Termessos National Park (2000)

17.Archaeological Site of Aphrodisias (2009)

18.Ancient Cities of Lycian Civilization (2009)

19.Archaeological Site of Sagalassos (2009)

20.Archaeological Site of Perge (2009)

21.Esrefoglu Mosque (2011)

22.The Archaeological Site of Göbeklitepe (2011)

23.Hatay, St. Pierre Church (2011)

24.Aizanoi Antique City (2012)

25.Historic City of Ani (2012)

26.Archeological Site of Zeugma (2012)

27.Gordion (2012)

28.Historic Town of Birgi (2012)

29.Mausoleum and Sacred area of Hecatomnus (2012)

30.Medieval City of Beçin (2012)

31.Historical Monuments of Niğde (2012)

32.Yesemek Quarry and Sculpture Workshop (2012)

33.Odunpazari Historical Urban Site (2012)

34.Mamure Castle (2012)

35.Haci Bektas Veli Complex (2012)

36.Archaeological site of Laodikeia (2013)

37.Lake Tuz Special Environmental Protection Area (SEPA) (2013)

38.Trading Posts and Fortifications on Genoese Trade Routes from the Mediterranean to the Black Sea (2013)

39.The Ancient City of Sardis and the Lydian Tumuli of Bin Tepe (2013)

40.İznik (2014)

41.Zeynel Abidin Mosque Complex and Mor Yakup (Saint Jacob) Church (2014)

42.Tomb of Ahi Evran (2014)

43.Vespasianus Titus Tunnel (2014)

44.Mahmut Bey Mosque (2014)

45.Archaeological Site of Kültepe-Kanesh (2014)

46.Ancient City of Kaunos (2014)

47.Anatolian Seljuks Madrasahs (2014)

48.Archaeological Site of Arslantepe (2014)

49.Ancient City of Korykos (2014)

50.Ancient City of Anazarbos (2014)

51.Çanakkale (Dardanelles) and Gelibolu (Gallipoli) Battles Zones in the First World War (2014)

52.Eflatun Pinar: The Hittite Spring Sanctuary (2014)

ÉLÉMENTS ENREGISTRÉS SUR LA LISTE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATERIEL DE L’UNESCO

L’ART DES MEDDAH

Le meddahlık était une forme d’art dramatique turc interprétée par un acteur unique, le meddah, et pratiquée dans toute la Turquie et les pays turcophones. Au fil du temps, des genres narratifs similaires se sont multipliés dans ce vaste espace géographique, par interaction entre les peuples d’Asie, du Caucase et du Moyen-Orient.

LE SEMA, CÉRÉMONIE MEVLEVI

Les Mevlevi sont un ordre soufi fondé en 1273 à Konya, d’où ils ont progressivement essaimé dans tout l’empire ottoman. Aujourd’hui, on trouve des Mevlevi dans de nombreuses communautés turques à travers le monde, mais les centres les plus actifs et les plus célèbres restent ceux de Konya et d’Istanbul. Les Mevlevi sont connus pour leur rituel de Sema.

LA TRADITION AŞIKLIK (DE L’ART DES TROUVERES)

La tradition Âșıklık (de l’art des trouvères) est perpétuée en Turquie par des chanteurs-poètes itinérants, appelés âșık. Vêtus de la tenue traditionnelle et jouant d’ un instrument à cordes appelé saz, l’âșık se produit souvent dans les mariages, dans les cafés et lors de festivals publics de toutes sortes. L’âșık est appelé, lors d’un rêve, à entreprendre le long apprentissage de l’art de jouer des instruments à cordes et à percussion, du chant, du récit oral et de la répartie qui est au cœur de la vocation.

KARAGÖZ

Le Karagöz est une forme de théâtre d’ombres turc dans lequel des silhouettes fabriquées à partir de peau de chameau et représentant des personnages ou des choses, sont tenues au bout de tiges devant une source de lumière pour projeter leur ombre sur une toile de coton qui sert d’écran. La pièce commence par la projection d’un personnage de présentateur qui plante le décor et suggère les thèmes de l’histoire, avant de disparaître au son strident d’un sifflet, cédant la place à la pièce proprement dite, laquelle peut comprendre du chant, du tambourin, de la poésie, l’évocation d’un mythe, des exercices de diction et des devinettes.

NEVRUZ

Le Nevruz marque le nouvel an et le début du printemps dans une zone géographique très étendue, comprenant, entre autres, l’Azerbaïdjan, l’Inde, l’Iran, le Kirghizistan, le Pakistan, la Turquie et l’Ouzbékistan. Il est fêté chaque 21 mars, date calculée et fixée à l’origine en fonction des études astronomiques.

LES RENCONTRES TRADITIONNELLES SOHBET

Les rencontres traditionnelles Sohbet jouent un rôle crucial dans la transmission de la littérature, des danses et de la musique populaires, des spectacles de village ainsi que des valeurs sociétales. Les hommes se réunissent régulièrement à l’intérieur, surtout en hiver, pour discuter des problèmes sociaux et culturels locaux, sauvegarder les traditions et encourager la solidarité et le sens de la communauté. Les rencontres peuvent comporter de la musique, des danses et des spectacles.

LE FESTIVAL DE LUTTE A L’HUILE DE KIRKPINAR

Le festival de lutte à l’huile de Kırkpınar se déroule à Edirne. Des milliers de personnes se déplacent chaque année pour voir s’affronter les pehlivans (lutteurs) en quête de la ceinture d’or de Kırkpınar et du titre de pehlivan en chef. La ceinture d’or est portée à travers la ville au cours d’une procession, suivie de prières récitées à la mosquée Selimiye. Les tournois de lutte ont lieu traditionnellement sur le « champ de bataille .

LE SEMA, CÉRÉMONIE ALEVIE-BEKTAŞI

Les Semahs peuvent être décrits comme un ensemble de mouvements corporels mystiques et esthétiques exécutés en harmonie rythmique. Les rituels des Semahs reposent sur le concept de l’unité avec Dieu qui se réalise à travers un cycle naturel : l’être humain vient de Dieu et retourne vers Dieu.

LA TRADITION CÉRÉMONIELLE DU KEŞKEK

Le Keșkek est un plat cérémoniel traditionnel turc, préparé pour les fêtes traditionnelles. Femmes et hommes cuisinent ensemble. De nombreuses expressions associées à ce plat sont utilisées lors de la sélection du blé, des bénédictions, des prières et du transport du blé, ainsi que pendant la préparation et la cuisson, qui sont devenues des expressions courantes de la vie quotidienne. De plus, la tradition inclut des divertissements, du théâtre et de la musique.

LES FESTIVITES DU MESIR MACUNU

Les festivités du mesir macunu de Manisa, commémorent le rétablissement de Hafsa Sultan, mère de Soliman le Magnifique, qui fut guérie d’une maladie par l’invention d’une pâte connue sous le nom de mesir macunu. Hafsa Sultan demanda alors de diffuser cette pâte au public. C’est ainsi que tous les ans, du 21 au 24 mars, la pâte est préparée par un chef et ses apprentis à partir de quarante et une épices et herbes fraîches selon la pratique traditionnelle.

LA CULTURE ET LA TRADITION DU CAFÉ TURC

Le café turc allie des techniques spéciales de préparation et de cuisson à une culture commune riche en tradition. Les grains fraîchement torréfiés sont moulus de façon à obtenir une poudre fine ; on verse ensuite ce café moulu, de l’eau froide et du sucre dans une casserole que l’on met à cuire à feu doux pour que de la mousse se forme à la surface. Le café est servi dans de petites tasses avec un verre d’eau, et il fait essentiellement partie de la tradition.